Brins de paille

Cécile Odartchenko a eu la chance de rencontrer en Picardie le grand poète spatialiste Pierre Garnier et de fonder en 2005, sa maison d’édition : Edition des vanneaux.
Aujourd’hui, à la tête d’un beau catalogue qui comprend la collection prestigieuse « Présence de la poésie », publiant des anthologies de poètes confirmés, elle gère une galerie/librairie au 8 rue Teulère dans le vieux quartier de la Grosse Cloche.
Cécile se régale des rencontres permanentes avec la poésie en marche, des rencontres avec de jeunes poètes qu’elle édite et dont la sensibilité est toute d’attention au monde d’aujourd’hui, à l’instant, au partage, au vivre ENSEMBLE, rejoignant ainsi le message des anciens et du poète sonore Hiedsieck, dans sa belle prestation: « Autour de Vaduz ».
Son émission: « brins de paille » s’inspire d’un poème de Verlaine :
« L’espoir luit comme un brin de paille dans l’étable.
Que crains-tu de la guêpe ivre de son vol fou?
Vois, le soleil toujours poudroie à quelque trou. »

Episode 40

Une lecture de poèmes par Jacques Pater, qui nous emmène voguer sur les flots.

Epsiode 39

En compagnie de Jacques Pater, comédien et grand lectuer de poésie, suivant un choix suggéré par un mail du poète picard Ivar Ch’Vavar, une lecture à deux voix, des Fleurs du mal de Beaudelaire.

Episode 38

En compagnie de Thibault Biscarrat et du musicien Mustapha Harfi joueur de oud, une approche de la transcendance qui passe par la lecture du Zohar , de Ouaknin et des poèmes de Thibault Biscarrat
dans son livre de mémoire récemment paru aux éditions des Vanneaux.

Episode 37

En compagnie de Han Shan, poète chinois, de Thoreau, d’Hubert Reeves, de Jacottet citant Senancourt,de Gérard de Nerval et de Michel Valprémy, Cécile Odartchenko se penche vers la pensée cachée sous les
apparences de la beauté, beauté de la nature, des plantes et des fleurs, seul langage, avec celui des poètes à nous faire toucher le lien entre intériorité et cosmos.

Episode 36

A la veille des élections pour un parlement européen digne de nos attentes pour sauver la planète et ses trésors, Cécile choisit de parler des animaux, en lisant des extraits des livres de Jean-Christophe Bailly: Le versant animal, L’araignée de verre de Maeterlinck, les élégies de Duino de Rainer Maria Rilke, Walden de Henri David Thoreau, William Blake, Bernat Manciet et Pierre Garnier.

Episode 35

La poésie de performance se pratique aussi à Bordeaux, et c’est un jeune poète bordelais , Donatien Garnier, qui est l’invité de Cécile, il nous parle de son arbre intégral….et de ses recherches
transversales pour une poésie participative….

Episode 34

L’incendie de Notre-Dame,la perte de la « forêt » nous invite à rendre hommage à la beauté sous toutes ses formes. La poésie, bien sûr et celle de Pierre Garnier en particulier…Cécile nous lit « La forêt »…Hommage aux arbres….

Episode 33

Cécile Odartchenko reçoit Julien Blaine à l’occasion de son exposition à La Galerie Première Ligne, 8 rue Teulère. Ce grand poète performeur et marseillais, nous parle des revues d’avant-garde de Marseille, des années 60, de 68, de la poésie engagée….

Episode 32

Pierre Dhainaut, grand ami de Jean Malrieu, s’est chargé à son tour de le présenter dans la nouvelle collection. C’est le poète de l’amour et du feu…le titre de son anthologie ( » Comme une maison en flammes. ») est le programme de sa vie. Mystique sans Dieu, il écrit des poèmes qui sont des hymnes à la vie, il est tel les « parfaits » du pays cathare, d’une exigeance de tous les instants, un soleil qui rayonne toujours!

Episode 31

En présence de Roland Giraud, poète, musicien et philosophe habitant à Bordeaux, nous approchons Pierre Dhainaut, le poète de la mer, du souffle et du vent présenté dans la collection « Présence de la poésie »
par Sabine Dewulf….

Episode 30

Piarre Garnier est picard, et va nous donner une poésie du terroir en opposition avec la poésie de la ville. En avant-propos, Cécile Odartchenko nous parle de Francis Carco poète des bas-fonds parisiens.

Episode 29

Après la guerre, il s’agit de réconciliation. Le poère Pierre Garnier, germaniste, va y contribuer avec des ouvrages parus dans la collection Poètes d’aujourd’hui de Seghers, Un Goethe, un Heine, un Nietzsche, un Novalis… Il dira plus tard, qu’il est romantique, comme Novalis, et qu’on ne peut pas écrire de poésie qui ne soit pas romantique…

Episode 28

La vie contrastée , généreuse, créative et bouillonnante de Max Jacob, une oeuvre qui déroute et scintille d’humour et d’inventions de toutes sortes, toujours au bord de la fable, de l’émerveillement et de la morale la plus exigeante, nous attire presque jusqu’au vertige… Max Jacob, artiste aussi, peintre, épistolier, ami de Picasso, ami de tous, envahi, plagié, trahi, si fragile et si grand à la fois…. Mon hommage insuffisant et désolé….

Episode 27

Parmi les poètes qui ont eu le plus à souffrir de l’occupation, ( nous avons vu Desnos, mort dans le camp de Teresin), il y a eu Max Jacob, un adorable ( selon tous ses amis et contemporains) poète d’origine juive, converti, à la recherche de la sainteté, qu’il aurait d’après certains obtenue. Le martyre, il l’attendait, et ne s’en est pas plaint, au contraire quand il fut emmené à Drancy, où il est mort….

Episode 26

Le poème Liberté, Paul Eluard l’a écrit pour la femme qu’il a tant aimée, Nusch…Après Gala, Nusch, après Nusch Dominique, Eluard le grand poète de l’amour…mais aussi le grand résistant, le poète attentif à tout et à tous…Quelques poèmes qui jalonnent sa vie, pour montrer à quel point chez lui, tout est solidaire, imbriqué ET limpide!

Episode 25

Robert Desnos, poète, compagnon de la première heure des surréalistes avec Benjamin Perret, grand rêveur devant l’éternel, passionné de liberté et d’expérimentation, fou d’amour pour la vie sous toutes ses formes, qui aime, qui boit, qui ne sait pas se protéger et s’insurge contre la bêtise et la
veulerie,ne sait pas cacher ses convictions, se fera des ennemis et finalement mis sur la liste des derniers départs grâce à l’intervention funeste de Labreau, il va mourir en 45 au moment de la libération, une fleur à la main, ayant témoigné pendant toute sa vie pour l’amour et pour la lumière…

Episode 24

En 39, la collaboration honteuse s’installe, Drieu occupe le bureau de Jean Paulhan et tente de satisfaire Otto Abetz…la résistance s’organise, ce sera celle des poètes, essentielle, grâce à Paulhan, à Pierre Seghers, à Aragon, à Eluard, Jean Cassou…tandis que les jeunes maquisards, étudiants, résistants de la première heure tombent et que se succèdent les affiches rouges, les voix s’élèvent, vite retenus, des poèmes circulent témoignent contre la mort et pour l’espoir….

Episode 23

Encore un poète de l’entre-deux guerres, Pierre Reverdy, ( le plus grand d’après certains), né en 1889, retiré à Solesmes en 1926, mort en 1960, et présenté par Jean Rousselot dans la collection Poètes d’aujourd’hui de Seghers, l’étonnement est grand devant des poèmes qui s’adressent à nous au plus vif des préoccupations du moment. Mais il était en quelque sorte « voyant »….

Episode 22

En présence de Bernard dandois spécialiste de Groethuysen, venu en parler à la galerie Première Ligne, le 4 décembre et en présence de Jean Marc Fournier poète et philosophe bordelais, édité par mes soins, nous évoquerons les rapports de Groethuysen avec les poètes, et aborderons la poésie de Supervielle, un Urugayen, comme Lautréamont….

Episode 21

C’est donc Cheick Sow, qui vient aujourd’hui nous parler de son parcours qui est représentatif d’une ouverture militante qui fait feu
de tout bois, créativité qui « soigne » dit-il son hyper activité.
Mais Ponge reste à l’horizon, et on lira son « lézard » qui trouve auprès de Cheick Sow, l’écho évident pour parler de l’animisme africain. Les « choses » de Ponge ont-ils une âme? En tous cas, comme le lézard, les mots surgissent de la profondeur de l’être, toujours le poète touche à ce qui est le plus « vif » en nous.

Episode 20

La lecture de Francis Ponge, est une occasion de renouveler la rencontre avec le philosophe bernard Groethuysen, son ami, ami des
poètes, de Gide et de Paulhan, décrit par Maria Van Rysselbergue dans son journal, et dont il sera question à la galerie Première ligne le 4
décembre à 17 heures 30. La galerie où décidément il se passe des choses intéressantes, dont une soirée africaine fort réussie en présence de Patricia Grange, le musicien et poète Cheick Sow et les membres de l’association du clown Chocolat.

Episode 19

Dans une conférence faite en espagnol, Michaux s’exprime au sujet de la poésie. Sévère avec le surréalisme, il confirme son intérêt pour les expériences à risque, mystiques et autres (se réfère à sa revue Hermès), parle comme je l’ai fait dans mon émission de Kafka et du terrier.Puis il donne à réfléchir sur deux poèmes qu’il choisit, un de Paul Eluard un autre de Supervielle, son ami très proche…mais nous mets en même temps sur la piste des choses. Choses, chères à son ami Ponge. Allons donc à la rencontre de cet autre « phénomène » de l’entre-deux guerres….

Episode 18

Michaux qui a continuellement sollicité son inconscient, mais celui des rêves éveillés, en prise avec le réel, les sensations, et qui, pour « voyager » encore plus loin dans son monde intérieur s’est prêté à des expériences dites limites avec les drogues, a-t-il reçu des révélations, comme l’ont prétendu les poètes (ses amis) du Grand jeu, ou plus simplement, (magnifiquement), fait l’expérience d’un autre rythme, celui du dessin grâce auquel il devient aussi un artiste accompli…

Episode 17

Dans le droit fil des échanges si riches des années trente, en France et dans le midi, (Groethuysen a apporté Kafka…) penchons-nous
sur un autre phénomène et génie de l’écriture poétique la plus libre et de l’inconscient: Henri Michaux (lectures de Michaux accompagnées
du Terrier de Kafka) Vases communiquants entre le fermé et l’ouvert, le dehors et le dedans…

Episode 16

Retour de vacances pour Cécile Odartchenko, sur radio Paul Bert, et son émission Brin de paille! Elle parle de Bernard Groethuysen philosophe et grand passeur de poésie dans l’entre-deux guerres, période qui connut une pleiade de grands talents, écrivains, peintres, illustrateurs russes et j’en passe. A l’occasion d’une relecture du Retour du Tchad d’André Gide, elle reçoit Jean Pierre Lefèvre, président de l’association bordelaise dévouée à la mémoire du clown Chocolat…

Episode 15

En présence de Jean-Pierre Bobillot, poète très engagé dans la poésie d’avant-garde, spécialiste de Hiedsieck (poésie sonore), lui-même avec sa compagne Sylvie Nève, créateur de performances « rock » explorant les jeux de langage, Cécile Odartchenko fait le point sur ses efforts pour définir ce qu’il en est de la poésie aujourd’hui et de ses engagements avec le réel et le politique…Une petite halte à la gare de Ruffec illustre ce parti pris des choses » ordinaires », selon Goerges Perros, selon Ponge, selon Goethuysen… Rendez-vous pris pour la rentrée !

Episode 14

Entre Bernard Groethuysen, merveilleux philosophe/poète de la « belle époque », Georges Navel son correspondant (éditions Claire Paulhan) et Guillaume Deloire, édité par Cécile Odartchenko, il y a des affinités évidentes et très profondes… Un message d’espoir dans une société vouée au futile et au zapping…

Episode 13

Retour du marché de la poésie 2018, Place saint Sulpice à Paris, date incontournable, Cécile Odartchenko nous parle de ce rendez-vous annuel et de sa collection « présence de la poésie » qui a pris la suite de « poètes d’aujourd’hui » de Seghers.

Episode 12

Elsa va initier Aragon à la Russie. Quelques lectures ( Odoievsteva, André Biéléï, Blok, Rozanov…sont une première introduction à la Russie de toujours…Ses incontournables inspirations auprès des poètes:culte de la nature, de la terre et du paysan,de la femme éternelle et idéale….Aragon va être le poète choisi par Elsa pour tomber dans le « panneau »de l’écriture réaliste, du roman, mais sa virtuosité veille au grain, la prochaine émission nous dira comment …

Episode 11

Anicet écrit dans les tranchées, parait en 18, En 28 Aragon est en deuil de son histoire d’amour avec Nancy Cunard et du passage de l’Opéra,, détruit en 1925. ( C’est le Paysan de Paris, la première polémique avec André Breton…C’est le temps de sa rencontre avec Elsa Triolet et Maiakovski à Montparnasse…Le communisme est-il la solution pour les poètes indignés???

Episode 10

La « négritude » est à la mode au début des années 20. Expositions chez Pierre Loeb, Nancy Cunard, jazz, Jophénine Baker…Aimé Césaire arrive, c’est « le retour au pays natal » la découverte (encore une) par André Breton, le discours contre le colonialisme, encore d’actualité… C.O. lit Aragon, Césaire, Louis François Delise, Gabriel Okoundji,…

Episode 9

Quels chemins, pour les femmes poètes de la belle époque, pour rejoindre un jour la vérité de celles qui semblent, sans peur, pouvoir s’exprimer aujourd’hui?
A l’opposé de ces « précieuses » cependant sacrifiées, on trouve celles des maisons closes, des rues de Paris,de la boue et de la pluie, des cabarets, aimées des poètes de la misère, comme Jehan Rictus, mais de Beaudelaire aussi… Rictus et le Grand corps malade, même style, même combat…Et c’est une « sainte » poète aussi, Marie Noël, qui dans cet épisode a le dernier mot: L’Homme est raté, naturellement. Le Bon Dieu l’avait bien dit. Mais le Chien est joliment content!

Episode 8

L’invité de Cécile Odartchenko, Jacques Pater, nous donne à entendre un formidable florilège de poétesses amérindiennes…La conscience politique aujourd’hui évidente, balbutiante en ce qui concerne les femmes à la « Belle époque » nous invite à nous donner rendez-vous pour comprendre cette évolution essentielle…un enjeu important à l’ère du tout pacotille.

Episode 7

Lautréamont, mort à 24 ans en 1870, et tellement décapant qu’il ne suffit pas de dix préfaces pour épuiser la fascination provoquée par Les chants de Maldoror. Dans son sillage et celui de Rimbaud, le « voyant », les poètes du Grand jeu se précipitent vers « l’essentiel » et vers la mort… On en finira pas d’interroger « l’au-delà » ou plutôt les intuitions des anciennes mystiques.

Episode 6

A Athènes en l’an 150 Après J.C., Lucien décrit un banquet de philosophes et une vente aux enchère qui préfigure ce que nous pourrions organiser pour mettre en évidence les multiples tendances qui s’affrontent encore aujourd’hui et s’affrontaient particulièrement dans les années 20, poètes héritiers de Pythagore et des idées de l’éternel retour. Paris est dans la misère décrite par Audiberti et Rilke. René Daumal et les auteurs du Grand jeu, prônent la danse chamanique pendant que Valery écrit « L’âme et la danse »…tout en brisant le coeur de sa muse, Catherine Pozzi….Gilbert Lecomte prophétise tandis que Michel Valprémy évoque tout le fatras du « ciel »… Les « griffes » et les « épines » ne manquent pas….

Episode 5

La grande rivière des textes anciens cabalistiques qui ont hanté Gérard de Nerval,encore présents, même à Marseille récemment à la Criée, ( lecture de textes de sainte Thérèse d’Avila) nous invitent à revisiter le Zohar et le premier grand poème de l’humanité, Gilgamesh, un hymne à l’amitié et au « retour »…Le thème inépuisable de la Vie et de la Mort, est aussi repris magnifiquement par Claude Vigée, poète contemporain alsacien….

Episode 4

A la charnière de deux mondes, au propre et au figuré, (la polémique concernant le divin en nous ( esprit) et la matière étant loin d’être close), Gérard de Nerval, trace la voie délicieuse, (voix délicieuse) tout imprégnée des chansons du terroir et d’intérêt pour l’occultisme et la théosophie, de poésies en poésies Cécile avance vers cette forêt de « signes » privilégiée par Breton….

Bribes d’une autobiographie épisode 2 : Cécile Odartchenko ; Poésie et engagement

La translation des cendres de Voltaire de Troyes à Paris a été l’occasion d’une très grande fête révolutionnaire décrite, comme l’a fait Lamartine dans son livre sur les Girondins et dans mon propre livre: « La chair salée ». Qu’est-ce que la poésie, quand une révolution s’empresse de couper des têtes, ( Chénier) ou d’envoyer les poètes au goulag… La correspondance de Perros avec Roland Gaspar et Bernard Noël, donne sur la question des éclairages saisissants…

Poésie et défense de la nature

Un livre nouvellement paru aux éditions Poesis, nous invite à entendre ce que les poètes ont dit sur la poésie et comment habiter poétiquement le monde.
Voici Victor Hugo « voyant » des désastres actuels, Lamartine dans son Histoire des Girondins, Gogol, Jaccottet et Pierre Garnier que Cécile choisit pour illustrer la vocation première des poètes : la défense de la nature à la suite de Novalis… mais la Vie ordinaire a aussi ses mots à dire…

Bribes d’une autobiographie : Cécile Odartchenko

Cécile se livre dans cette émission à un exposé autobiographique qui éclaire son engagement avec la poésie, l’émigration russe, un père poète, des séjours prolongés aux Etats-unis et un passage à Vincennes, dans le cours de Gilles Deleuze, le retour aux sources, en Picardie! Elle nous présente le poète Pierre Garnier et lit un extrait du livre à paraître d’Anne-Marie Lallemand, une errance poétique dans le Paris multi-ethnique, tel qu’aurait aimé le connaître Walter Benjamin.